Diamants de culture : « vrais » diamants ?

Diamants de culture : « vrais » diamants ?

Le minéral le plus fascinant est peut-être bien le diamant. 
Scintillant et luxueux, il attire la convoitise et connaît une place particulière dans de nombreuses civilisations.
Très prisé, il est désormais concurrencé par le diamant "de synthèse", aujourd'hui appelé diamant de culture. De quoi s’agit-il ? Que faut-il savoir ? Atelier Lavoisier vous explique.

 

Brève histoire du diamant

Tout au long de l'histoire, le diamant a suscité l'admiration des élites et des têtes couronnées qui l'ont porté pour incarner le pouvoir, le courage et l'invincibilité. Au fil des siècles, le diamant est devenu symbole d'amour, tant dans le mythe que dans la réalité.

Le terme diamant provient des termes latins diamas et adamas qui servaient à désigner à l'origine une matière très dure.

 

L'histoire des diamants commence en Inde il y a plus de 4 000 ans, les diamants servaient alors à orner des objets religieux. 

Il semblerait que les premiers diamants indiens aient été apportés en Europe par Alexandre le Grand en 327 av. J.-C., ouvrant ainsi les portes au commerce entre l'Europe et l'Orient.

 

Qu’est-ce qu’un diamant ?

Le diamant est un minéral transparent composé de cristaux de carbone pur.

Les diamants sont formés au cœur de la terre, entre 140 et 800km de profondeur. Ils sont le fruit d'un hasard extraordinaire associant une pression extrême à une température de 1 000 degrés.

 

Au terme d'un processus de "cristallisation" long de plusieurs millions d'années, cette combinaison unique a permis de transformer un élément chimique commun, le carbone, en diamant. Ils sont généralement inclus dans une lave rare, la kimberlite. 

Le commerce de diamants induit de nombreux enjeux économiques et sociaux à travers le monde.

 

Comme le rappelle le Diamond Producers Association (DPA) " Depuis 15 ans, la filière mondiale du diamant est strictement contrôlée pour s’assurer notamment de l’application des engagements éthiques et sociaux. ces engagements ont été établis par le Kimberley Process sous l’égide des Nations Unis et sous le contrôle permanent des ONG. Le Processus de Kimberley permet de garantir l’absence de diamants en provenance de régions de conflits dans toute la chaine de commercialisation."

Cependant ce processus connait ses limite et laisse de côté les atteintes aux droits de l'Homme, les violences engendrées, la pauvreté et les dégradations de l'environnement liées à l'extraction des diamants.

 

Les diamants de culture : "vrais" diamants ?

 À la fin du XVIIIe siècle, le diamant fut identifié comme une forme cristalline du carbone par les chimistes Lavoisier et Tennant. Compte tenu à la fois de la rareté et de l’extrême dureté du diamant, les scientifiques ont alors cherché à le synthétiser. Ils n'y sont parvenus qu'au milieu du XXe siècle.

 

L’objectif étant d’exploiter ses propriétés pour des applications industrielles telles que la découpe, le broyage, le polissage ou encore la gravure. Plus récemment, le diamant a fait son entrée dans le monde des biotechnologies (imagerie médicale, mesure de température, etc.).

En fonction de la taille et de la couleur recherchée, la création prend entre 60 et 120 jours en laboratoire.

 

Comment crée-t-on les diamants de culture ?

Un diamant synthétique est produit en utilisant différentes techniques physiques et chimiques, visant à reproduire la structure des diamants naturels.

 

Voici les deux techniques les plus fréquemment utilisées :

  • La technique HPHT (Haute Pression, Haute Température) qui se charge de reproduire les conditions exactes de la nature pour faire grandir le diamant.
  • La technique CVD (Chemical Vapor Deposition) de « dépôt chimique en phase vapeur ». Elle permet de créer le diamant par couches successives d'atomes de carbone.

 

Comment les reconnaitre ?

Faire la différence entre un diamant synthétique et naturel est souvent difficile et peut demander un matériel spécifique. En effet, naturel ou de culture, le diamant est identique tant visuellement que sur sa composition chimique.

 

Le géant du diamant naturel De Beers, développe plusieurs techniques pour détecter ces nouveaux diamants.

Une de ces techniques est de détecter la forme de croissance du diamant, qui n'est pas la même que dans la nature.

Ainsi, les diamants obtenus par la méthode HPHT créent des secteurs de croissances en forme de cubes. Certaines formes d'impuretés ne sont également pas présentes dans la nature.

 

Par ailleurs les diamants de culture sont vendus à des prix de 10 % à 50 % inférieurs à ceux des diamants naturels. 



Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

bijou naissance original collier
Bijoux de naissance : soyez original(e) !

Parmi les heureux évènements de la vie, une naissance est un instant inoubliable. Pour marquer ce moment, de plus en plus de papas offrent à la jeune maman un bijou de naissance pour célébrer l’arrivée du nouveau né.

Voir l'article entier →

bague fiançailles originale lassaussois
Bague de fiançailles : intemporalité ou originalité ?

Depuis l’Antiquité, les couples scellent leur union par une bague. Ce symbole continue de séduire les amoureux et d’inspirer les créateurs. Découvrez les tendances 2019 !

Voir l'article entier →

La tanzanite : 1000 fois plus rare que le diamant
La tanzanite : 1000 fois plus rare que le diamant

Surnommée Gemme du XXe siècle pour sa découverte récente, la tanzanite est d'une couleur sublime allant de l'outremer au bleu saphir. Sa beauté et son feu dépassent souvent ceux du saphir. 1000 fois plus rare que le diamant, il est fort probable que les gisements soient épuisés dans les 20 années à venir.

Voir l'article entier →

Venez nous rencontrer !

Atelier Lavoisier redonne vie à tous vos bijoux. N'hésitez pas à prendre rendez-vous en boutique pour nous en dire plus sur votre projet.
(Cliquez sur l'image pour prendre rendez-vous)